9 février 2015
09 Fév 2015

Research Seminar, “Regulatory Capture by Sophistication” Professor Hendrik Hakenes

Research Seminar

13th February 2015 at 12:00

Room: To be confirmed. ESCP EUROPE, 79 avenue de la République 75011 Paris

 Professor Hendrik Hakenes,  University of Bonn

 Will present the paper:

“Regulatory Capture by Sophistication”

Organizers: Prof. Gunther Capelle-Blancard (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Labex Refi), Prof. Christophe Moussu (ESCP Europe, Labex Refi), Arthur Petit-Romec (ESCP Europe, Labex Refi)

Abstract: One explanation for the poor performance of regulation in the recent financial crisis is that regulators had been captured by the financial sector. We present a micro-founded model with rational agents in which banks capture regulators by their sophistication. Banks can search for arguments of differing complexity against tighter regulation. Finding such arguments is more difficult for weaker banks, which the regulator wants to regulate more strictly. However, the more sophisticated a bank is, the more easily it can produce arguments that a regulator does not understand. Reputational concerns prevent regulators from admitting this, hence they rubber-stamp weak banks, which leads to inefficiently low levels of regulation. Bank sophistication and reputational concerns of regulators lead to capture, and thus to worse regulatory decisions.

PDF

9 février 2015
09 Fév 2015

Research Seminar, “Regulatory Capture by Sophistication” Professor Hendrik Hakenes

Research Seminar

13th February 2015 at 12:00

Room: To be confirmed. ESCP EUROPE, 79 avenue de la République 75011 Paris

 Professor Hendrik Hakenes,  University of Bonn

 Will present the paper:

“Regulatory Capture by Sophistication”

Organizers: Prof. Gunther Capelle-Blancard (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Labex Refi), Prof. Christophe Moussu (ESCP Europe, Labex Refi), Arthur Petit-Romec (ESCP Europe, Labex Refi)

Abstract: One explanation for the poor performance of regulation in the recent financial crisis is that regulators had been captured by the financial sector. We present a micro-founded model with rational agents in which banks capture regulators by their sophistication. Banks can search for arguments of differing complexity against tighter regulation. Finding such arguments is more difficult for weaker banks, which the regulator wants to regulate more strictly. However, the more sophisticated a bank is, the more easily it can produce arguments that a regulator does not understand. Reputational concerns prevent regulators from admitting this, hence they rubber-stamp weak banks, which leads to inefficiently low levels of regulation. Bank sophistication and reputational concerns of regulators lead to capture, and thus to worse regulatory decisions.

PDF

9 février 2015
09 Fév 2015

Policy paper 5: Une évaluation du « Comprehensive Assessment » de la BCE, par G Arnould et S Dehmej

Lire le policy paper/Read the policy paper

Résumé:

Les résultats de l’évaluation complète (« Comprehensive Assessment ») menée par la BCE semblent attester la solidité du système bancaire européen dans la mesure où seulement 8 banques sur les 130 évaluées ont encore besoin de lever 6 milliards d’euros. Pour autant, conclure à la bonne santé des banques ayant passé le test avec succès serait une erreur : si l’on prend en considération les exigences présentes et à venir de Bâle III, les besoins en capital sont de l’ordre de 160 à 250 milliards à l’horizon 2019. En outre, l’évaluation complète comporte de nombreuses limites. Les hypothèses retenues pour l’examen de la qualité des actifs (« Asset Quality Review », AQR) et le test de résistance conduisent à des scénarios et exigences relativement faibles qui réduisent la portée des résultats obtenus. De plus, la communication autour de ces derniers s’est cantonnée au ratio de capital pondéré, alors que le ratio de levier est aussi porteur d’informations sur la solidité des banques européennes et fait entrevoir une situation plus contrastée. Nos calculs montrent que pour 2016, ce sont 40 milliards qui doivent être encore levés pour satisfaire à l’exigence d’un ratio de levier à 3%. Enfin, le ratio de capital pondéré ne doit pas être pris au pied de la lettre, car son périmètre évoluera encore dans les quatre ans à venir lors du passage définitif à Bâle III, et les pays ne suivent pas tous le même rythme d’adoption. Read more

9 février 2015
09 Fév 2015

Policy paper 5: Une évaluation du « Comprehensive Assessment » de la BCE, par G Arnould et S Dehmej

Lire le policy paper/Read the policy paper

Résumé:

Les résultats de l’évaluation complète (« Comprehensive Assessment ») menée par la BCE semblent attester la solidité du système bancaire européen dans la mesure où seulement 8 banques sur les 130 évaluées ont encore besoin de lever 6 milliards d’euros. Pour autant, conclure à la bonne santé des banques ayant passé le test avec succès serait une erreur : si l’on prend en considération les exigences présentes et à venir de Bâle III, les besoins en capital sont de l’ordre de 160 à 250 milliards à l’horizon 2019. En outre, l’évaluation complète comporte de nombreuses limites. Les hypothèses retenues pour l’examen de la qualité des actifs (« Asset Quality Review », AQR) et le test de résistance conduisent à des scénarios et exigences relativement faibles qui réduisent la portée des résultats obtenus. De plus, la communication autour de ces derniers s’est cantonnée au ratio de capital pondéré, alors que le ratio de levier est aussi porteur d’informations sur la solidité des banques européennes et fait entrevoir une situation plus contrastée. Nos calculs montrent que pour 2016, ce sont 40 milliards qui doivent être encore levés pour satisfaire à l’exigence d’un ratio de levier à 3%. Enfin, le ratio de capital pondéré ne doit pas être pris au pied de la lettre, car son périmètre évoluera encore dans les quatre ans à venir lors du passage définitif à Bâle III, et les pays ne suivent pas tous le même rythme d’adoption. Read more

7 février 2015
07 Fév 2015

Matinale Recherche de l’EIFR «Une régulation financière socialement responsable : le risque créé par une mauvaise régulation du risque »

Matinale Recherche de l’EIFR

«Une régulation financière socialement responsable : le risque créé par une mauvaise régulation du risque »

Intervenant : Christian WALTER, actuaire agrégé Titulaire de la chaire Ethique et finance du collège d’études mondiales de la fondation Maison des sciences de l’homme

Le Mercredi 11 février 2015 de 8h30 à 10h00

Institut Louis Bachelier, Palais Brongniart, 28 Place de la Bourse, 75002 Paris

Intervenant : Christian WALTER, actuaire agrégé Titulaire de la chaire Ethique et finance du collège d’études mondiales de la fondation Maison des sciences de l’homme Read more

© 2019 Labex Refi - website by follow media - Mentions légales