Lire le policy paper/Read the policy paper

Résumé:

Les résultats de l’évaluation complète (« Comprehensive Assessment ») menée par la BCE semblent attester la solidité du système bancaire européen dans la mesure où seulement 8 banques sur les 130 évaluées ont encore besoin de lever 6 milliards d’euros. Pour autant, conclure à la bonne santé des banques ayant passé le test avec succès serait une erreur : si l’on prend en considération les exigences présentes et à venir de Bâle III, les besoins en capital sont de l’ordre de 160 à 250 milliards à l’horizon 2019. En outre, l’évaluation complète comporte de nombreuses limites. Les hypothèses retenues pour l’examen de la qualité des actifs (« Asset Quality Review », AQR) et le test de résistance conduisent à des scénarios et exigences relativement faibles qui réduisent la portée des résultats obtenus. De plus, la communication autour de ces derniers s’est cantonnée au ratio de capital pondéré, alors que le ratio de levier est aussi porteur d’informations sur la solidité des banques européennes et fait entrevoir une situation plus contrastée. Nos calculs montrent que pour 2016, ce sont 40 milliards qui doivent être encore levés pour satisfaire à l’exigence d’un ratio de levier à 3%. Enfin, le ratio de capital pondéré ne doit pas être pris au pied de la lettre, car son périmètre évoluera encore dans les quatre ans à venir lors du passage définitif à Bâle III, et les pays ne suivent pas tous le même rythme d’adoption.

Abstract:

The results of the Comprehensive Assessment (CA) conducted by the ECB seem to attest the soundness of the European banking system, since only 8 of 130 assessed banks still need to raise 6 billion euros. However it would be a mistake to conclude that non failing banks are completely healthy. Our calculations reveal a need for recapitalization between 160 and 250 billion euros if we consider full Basel III as in 2019. In addition the CA has many limitations that seriously weaken the soundness of its results. The assumptions used for the Asset Quality Review (AQR) and the stress test lead to week scenarios and requirements that undermine the reliability of the results. Furthermore, communication on results was restricted to the risk weighted capital ratio, disregarding the leverage ratio which also carries information about the soundness of European banks. Leverage provides a more mixed picture and our calculation shows that 40 billion euros must be raised to comply with the 3% leverage ratio in 2016. Finally, the risk weighted capital ratio should not be taken literally, since its scope will change during the next four years with the final transition to Basel III and countries do not follow the same path of implementation.

Nos partenaires
© 2019 Labex Refi - website by follow media - Mentions légales