ESCP Europe

escp

 

Fondée en 1819, ESCP Europe est la plus ancienne école de commerce au monde et a formé plusieurs générations de dirigeants et de penseurs d’avant-garde. Grâce à ses cinq campus urbains (à Paris, Londres, Berlin, Madrid et Turin) et à son identité profondément européenne, ESCP Europe dispose d’un style unique de formation managériale et d’une perspective globale des problématiques liées au management. Le réseau international de ESCP Europe, constitué d’une centaine d’universités partenaires, élargit la portée de l’école européenne à une échelle mondiale.

Bénéficiant d’une triple accréditation (EQUIS, AMBA, AACSB), ESCP Europe accueille chaque année 4 000 étudiants et 5 000 cadres-dirigeants de 90 pays différents, leur proposant une large gamme de formations en management général et spécialisé. Le réseau des anciens de l’école compte à ce jour 40 000 membres, représentant 200 nationalités et présents dans 150 pays. Fort de ses relations de longue date avec les entreprises nationales et internationales, cette communauté permet à ESCP Europe de donner des opportunités de carrières uniques à l’échelle internationale.

Combinant un dispositif pédagogique innovant, des programmes d’étude complets à suivre sur plusieurs campus et un corps professoral d’exception, ESCP Europe s’avère un contributeur essentiel au développement d’une culture managériale européenne et internationale. Le credo de l’Europe est de rester fidèle à ses valeurs humanistes, tout en anticipant les nouvelles tendances du monde – telle est l’aspiration de ESCP Europe.

Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne

paris1

Paris 1, une Université du XXIe siècle

Riche de huit siècles d’excellence, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne est l’une des plus grandes universités françaises. Elle a vocation à devenir l’un des grands centres de la recherche et du savoir de l’Europe du XXIe siècle.

Héritière à la fois de la Sorbonne et de la Faculté de droit et des sciences économiques de Paris, ce que symbolise son nom de Panthéon-Sorbonne, l’Université Paris 1 accueille aujourd’hui environ 40 000 étudiants répartis en 14 Unités de Formation et de Recherche (U.F.R.) et 5 Instituts. Elle offre ainsi un éventail complet de formations d’excellence dans le domaine des Sciences juridiques et Politiques, des Sciences économiques et de Gestion et des Arts et Sciences humaines.

Implantée au coeur du Quartier latin, dans un des plus illustres campus du monde, elle occupe, avec d’autres universités, de prestigieux bâtiments : la Sorbonne, la Faculté de droit du Panthéon, l’Institut de géographie et l’Institut d’art et d’archéologie.

Pôle documentaire de référence, Paris 1 accueille l’un des plus prestigieux et importants fonds documentaires de France, à travers plus d’une cinquantaine de bibliothèques et centres de documentation spécialisés.

Au cœur d’un réseau très dense de relations internationales qui couvre les cinq continents, notre université joue un rôle majeur dans la formation des chercheurs, des professeurs, des magistrats, des avocats, des cadres des entreprises et de l’administration de la France. Développant des recherches et formations multiples dans le domaine de l’Europe et des relations internationales, de la gestion, des techniques de la communication, le projet de Paris 1 est de constituer un des grands pôles européens de la recherche et du savoir du XXIe siècle.

L’Université Paris 1 en quelques chiffres

1603 enseignants et enseignants-chercheurs et 832 ingénieurs, agents administratifs et personnels techniques accueillent près de 40 000 étudiants qui se répartissent entre les sciences humaines (32 %), les sciences juridiques et politiques (38 %), les sciences économiques et de gestion (22 %), les instituts et les formations pluridisciplinaires (8 %).

CNAM

cnam

Le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) est un grand établissement d’enseignement supérieur et de recherche fondamentale et appliquée fondé par l’abbé Grégoire à Paris le 19 vendémiaire an III (10 octobre 1794) pour « perfectionner l’industrie nationale ». Le Conservatoire national des arts et métiers et l’École polytechnique sont les deux réalisations de la Révolution française dans le domaine des sciences de l’ingénieur. Héritier de l’esprit des encyclopédistes, le Conservatoire a, dès son origine en 1794, une vocation pluridisciplinaire. Ses premières collections d’instruments scientifiques proviennent de l’Académie des sciences. La devise du Cnam est « omnes docet ubique » qui signifie « il enseigne à tous et partout ». Il est implanté dans plus de 150 villes en France et à l’étranger.

On y donne principalement des cours pour adultes engagés dans la vie active (techniciens, cadres, polytechniciens, normaliens) en formation continue et en cours du soir qui permettent d’effectuer des études d’ingénieur, de construire des cursus multidisciplinaires, d’obtenir des diplômes comme le DUT, le doctorat et des titres d’ingénieur. Parmi les 60 chaires représentées et leurs laboratoires, nombre d’entre elles ont des activités de recherche scientifique et industrielle qui situe l’établissement à la pointe de la technologie française et internationale. Cette mission de recherche se concrétise par de nombreux brevets et des rapports très proches avec le milieu professionnel. Les grands groupes français signent chaque année des projets d’expérimentation avec le Cnam : brevets, essais, cessions de licence, processus d’innovation, transfert de technologies, incubation d’entreprises… le Cnam développe de nombreux partenariats avec les entreprises :

  • 23 équipes de recherche et 25 Master habilités ou cohabilités
  • 250 doctorants accueillis et 900 mémoires d’ingénieur soutenus annuellement
  • 7 M€ de contrats R&D par an

Le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) est un établissement public de l’État à caractère scientifique, culturel et professionnel, doté, comme le Collège de France, du statut de « grand établissement ». Placé sous la tutelle du ministère chargé de l’Enseignement supérieur, il remplit trois missions :

  •  la formation tout au long de la vie
  • la recherche technologique et l’innovation
  • la diffusion de la culture scientifique et technique

ENA

ena

L’École nationale d’administration (ENA) est une grande école française créée en 1945 pour « démocratiser » l’accès à la haute fonction publique de l’État. Elle est chargée aujourd’hui d’assurer la sélection et la formation initiale et continue de hauts fonctionnaires français et internationaux, offrant à ses anciens élèves un accès aux postes de direction et d’encadrement de la fonction publique française.

L’ENA accueille chaque année à Strasbourg 80 à 100 élèves en formation initiale auxquels il faut rajouter un tiers d’étrangers, une soixantaine d’élèves de masters et mastère spécialisé ainsi qu’une petite centaine d’élèves étrangers dans le cadre des cycles internationaux. À ces promotions, il faut ajouter des sessions courtes de formation continue à Paris. Les anciens élèves de l’école sont appelés « énarques ».

Au cours de la Ve République, les énarques ont joué un rôle central dans la vie politique française (trois présidents de la République, sept Premiers ministres, de nombreux ministres, une grande majorité de préfets, etc.).

Actuellement, le nouveau site de l’avenue de l’Observatoire à Paris, dans les anciens locaux de l’École nationale de la France d’outre-mer, accueille depuis fin janvier 2007 toutes les activités parisiennes de l’ENA (le service des cycles courts et la direction des relations internationales) tandis que tous les autres services de l’école sont concentrés à Strasbourg. Les cours des élèves en formation permanente dans des cycles pédagogiques de moins d’un mois ont donc encore lieu à Paris.

Depuis son déménagement à Strasbourg, l’ENA se fait également appeler École européenne de gouvernance. En 2009, selon une étude effectuée par Mines ParisTech, l’ENA était au niveau mondial la dixième institution d’enseignement supérieur en termes d’anciens élèves présidents de l’un des 500 plus grands groupes mondiaux.

Pres HéSam

hesamAu moment où les défis de la mondialisation confrontent plus que jamais notre pays à des enjeux d’innovation, de croissance durable et de cohésion sociale, la décision prise en 2010 par douze établissements d’enseignement supérieur et de recherche de renom international de créer le PRES (Pôle de recherche et d’enseignement supérieur) HESAM (Hautes Etudes Sorbonne Arts et Métiers) exprime leur volonté commune de dépasser la différence de cultures entre universités et écoles et de promouvoir une stratégie combinant qualité de la recherche, insertion professionnelle, formation des dirigeants, culture de l’innovation globale et mobilisation des compétences au service de la réduction des dysfonctionnements sociaux.

Le PRES HESAM se définit comme un espace de coopération et réalise une alliance totalement inédite entre les sciences humaines et sociales, les sciences pour l’ingénieur, les sciences de la gouvernance publique et privée, le design et le patrimoine. Ce regroupement constitue l’un des pôles de sciences humaines et sociales les plus importants d’Europe.

Le PRES HESAM a acquis le statut d’un établissement public de coopération scientifique par un décret du 30 décembre 2010, il est composé de 15 membres : le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), l’École du Louvre (EDL), l’École Nationale des Chartes (ENC), l’École Française d’Extrême-Orient (EFEO), l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), l’École Nationale d’Administration (ENA), l’École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers (ENSAM), l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI-Les Ateliers), l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), l’Ecole Supérieur de Commerce de Paris (ESCP Europe), la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), l’Institut National d’Études  Démographiques (INED), l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), l’Institut National du Patrimoine (INP) et l’Université Panthéon-Sorbonne Paris 1.

CHAMP DISCIPLINAIRE

HéSam signe l’alliance disciplinaire inédite entre le design, le patrimoine, les sciences pour l’ingénieur, les sciences de la gouvernance publique et privée et les sciences humaines et sociales. Une diversité dont les quinze membres du Pres souhaitent faire un atout.

Le Pres décline en effet un spectre de compétences d’une remarquable originalité, qui le met à même de jouer non pas sur la complémentarité usuelle entre lettres, droit, sciences et médecine, mais bien sur la synergie entre les sciences de l’homme, les sciences de la gouvernance et les sciences de l’ingénieur et du design.

 

Nos partenaires
© 2017 Labex Refi - admin by G. Dimopoulos & S. Dehmej - website by follow media - Mentions légales